http://www.abitibi-temiscamingue.upa.qc.ca

Le 23 avril dernier, la région perdait un grand homme, un homme qui possédait un amour inconditionnel pour la terre. La fédération régionale souhaite saluer le travail accompli et l’héritage laissé par ce valeureux cultivateur.

L’histoire d’Hauris Lalancette commence en 1936, lorsqu’il arrive en Abitibi-Témiscamingue dans la foulée de la colonisation québécoise. C’est alors qu’il s’installe avec sa famille à Rochebeaucourt et défriche, avec son père, une terre pour y pratiquer l’agriculture de subsistance.

Son combat débute par le dépôt du rapport Côté-Duvieusart qui recommande de cesser l’agriculture dans certaines régions du Québec et de fermer certains villages considérés comme dévitalisés, entre autres, Rochebeaucourt! Il s’implique alors auprès du Comité des paroisses marginales qui se bat afin de garder en vie les villages créés par la colonisation de l’Abitibi.

Son combat est encore d’actualité et sa base argumentaire devrait assurément faire encore écho auprès de nos gouvernements. En effet, la masse critique du nombre de producteurs et productrices agricoles, l’accès aux services de proximité et la vitalité des milieux ruraux sont toujours au cœur des préoccupations de la fédération régionale.

Je sais qu’il fut la voix des oubliés, c’est à dire, celle des régions éloignées. Il était reconnu comme étant un homme de valeur, possédant une vision inébranlable de l’occupation dynamique du territoire. Fier cultivateur, il a mis de l’avant le métier d’agriculteur. Nul doute qu’il a été un exemple à suivre pour plusieurs d’entre nous, notamment, parce qu’il a su démontrer qu’avec vision et conviction, il est possible d’aller très loin, surtout si on peut compter sur le support indéfectible de sa famille.

Nous offrons nos plus sincères sympathies à sa conjointe, Monique Flamand, à son fils Dany qui est administrateur au Syndicat des producteurs de bovins et au Syndicat local de l’UPA de la Vallée-de-l’Or ainsi qu’à tous les membres de la famille Lalancette.

Pascal Rheault, président

« Je retiens tellement de choses, de citations, de manière d’être… l’homme n’est plus, mais tout ce qu’il a accompli demeure dans l’histoire et la légende. Notre territoire agricole conserve encore aujourd’hui les cicatrices de ces combats des années 70. L’on doit comprendre que l’odyssée d’affronter un gouvernement dans ses volontés politiques n’est pas une mince tâche qui est gagnée d’avance. Il s’agit de longues, de très longues luttes qui s’apparentent davantage à une course à relais qu’à un sprint », souligne avec émotion, Normand Lemieux, président du Syndicat local de l’UPA d’Abitibi.

Fait exceptionnel, Hauris Lalancette a marqué le monde cinématographique québécois. Son personnage plus grand que nature et son combat ont intéressé et inspiré plus d’un cinéaste dont Pierre Perreault, Denis Arcand et Denys Desjardins. Vous trouverez ci-dessous les liens vous permettant de visionner les différents documentaires.

Cycle abitibien du cinéaste Pierre Perreault

Le confort et l’indifférence (Denys Arcand) : https://www.onf.ca/film/confort_et_lindifference/

Almanach (Denys Desjardins) : https://www.onf.ca/film/almanach/

Au pays des colons (Denys Desjardins) : https://www.onf.ca/film/au_pays_des_colons/