https://www.abitibi-temiscamingue.upa.qc.ca

Le Sommet sur l’alimentation, tenu le 17 novembre dernier, est l’aboutissement d’une démarche de con­sultation entamée l’an dernier, en vue de l’adop­tion d’une poli­tique bioalimentaire québécoise en 2018. À ce chapitre, le gouvernement du Québec a su retenir l’essentiel des grands consensus exprimés tout au long de la consulta­tion, c’est-à-dire augmenter de façon significative la pro­duction et la transformation agro­alimentaire québécoise en répondant aux nom­breuses attentes de nos consom­mateurs. Pour atteindre ces cibles, le Québec devra augmenter la présence de ses produits sur tous les marchés.

Notamment, le gouvernement propose de porter à 15 milliards de dollars (G$), d’ici 2025, les inves­tisse­ments (privés et publics) des secteurs de la production, de la capture et de la transformation alimentaire au Québec (3 G$ de plus que pour la période 2006-2015). Il envisage aussi d’ajouter 10 G$ de contenu québécois dans les pro­duits alimentaires achetés au Québec et de porter à 14 G$ d’ici 2025 les exportations bioalimen­taires à l’interna­tional (6 G$ de plus que pour la pé­riode 2006-2015). Un des moyens identifiés pour atteindre ces cibles est de doubler la superficie en production biologique d’ici 2025.

À l’issue du Sommet, le premier ministre, Philippe Couillard, et le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, Laurent Lessard, ont confirmé le dépôt de la politique bioalimentaire du Québec au printemps 2018. Elle sera articulée autour de quatre priorités, soit l’offre alimentaire, la prospérité écono­mique, la produc­tion responsable ainsi que la vitalité et l’occupation du territoire.

Entre autres, pour assurer la vitalité des territoires, il est proposé de :

  • protéger les territoires agricoles et maritimes pour les générations futures;
  • mettre en valeur les territoires par une interven­tion adaptée à leurs spécificités;
  • renforcer la synergie entre les territoires et le sec­teur bioalimentaire.
  • Passe par : engagement et concertation des acteurs territoriaux (ex. : plans de développement de la zone agricole, ententes sectorielles, etc.), fi­lières émer­gentes (soutien, reconnaissance, accès aux infras­tructures de transport, de conditionne­ment, de transformation et de commercialisa­tion), outils de soutien modulés selon les spécifici­tés régionales, ou­tils de protection des terres agricoles, etc.

Les documents et vidéos du Sommet sont accessibles sur le site Internet du MAPAQ au www.mapaq.gouv.qc.ca