https://www.abitibi-temiscamingue.upa.qc.ca

Rouyn-Noranda, le 5 mars 2018 – À la suite de la démission de Sylvain Vachon, le conseil d’administration de la Fédération de l’UPA d’Abitibi-Témiscamingue est heureux d’annoncer qu’il a procédé à la nomination de Pascal Rheault pour terminer le mandat à la présidence jusqu’à l’automne 2019.

Pascal Rheault siégeait au conseil d’administration de la fédération régionale à titre de président des Producteurs de grains d’Abitibi-Témiscamingue, poste qu’il occupait depuis 2013. Il a aussi siégé au conseil d’administration des Producteurs de grains du Québec comme vice-président, de 2010 à 2013, et y siège maintenant comme administrateur, où il défend l’intérêt de la région de l’Abitibi-Témiscamingue. Il est producteur de grains et de bois dans la municipalité de Sainte-Gertrude-Manneville, dans la MRC d’Abitibi. Il est également maire de sa municipalité, président du Centre local de développement d’Abitibi et est préfet suppléant de la MRC d’Abitibi. Monsieur Rheault compte plusieurs années d’expérience à titre d’administrateur dans la structure de l’UPA, notamment à son syndicat local depuis 2008 et au Syndicat des producteurs de lait dans les années 80.

Au cours de son mandat, monsieur Rheault souhaite travailler à mettre en place des conditions gagnantes pour favoriser une occupation dynamique du territoire par des entreprises agricoles. « En région, nous avons près de 570 PME agricoles. L’accès au financement et à des programmes stables de soutien de l’État est une condition essentielle pour les fermes actuelles et pour aider la relève agricole. La financiarisation et l’accaparement des terres agricoles sont aussi des enjeux auxquels il faut s’attarder. Comment peut-on développer un territoire si nous n’en sommes plus propriétaires? », nous explique monsieur Rheault.

Valorisant le travail d’équipe, monsieur Rheault a aussi la volonté de travailler de façon encore plus régulière avec les MRC du territoire. « Je connais bien le secteur agricole et je connais bien le milieu municipal. Je le vois comme un atout pour rapprocher les deux et travailler au développement. Les Plans de développement de la zone agricole (PDZA) qui sont mis en place par les MRC sont un bel outil pour développer des projets communs. Ce ne sont pas les défis qui manquent. La baisse du nombre de fermes est un enjeu majeur pour notre région. Peut-on innover pour maintenir et démarrer des entreprises et s’assurer d’habiter notre territoire? », ajoute-t-il.

Les membres du conseil d’administration sont persuadés qu’avec son expérience du syndicalisme agricole et ses connaissances des dossiers, il saura bien représenter les agriculteurs et agricultrices de la région et défendre leurs réalités.

 

À propos de la Fédération de l’UPA d’Abitibi-Témiscamingue

Rappelons que la fédération régionale de l’UPA d’Abitibi-Témiscamingue regroupe 900 producteurs et productrices agricoles dans 566 fermes. Elle compte cinq syndicats locaux et sept groupes spécialisés. La Fédération a pour mission l’étude, la défense et le développement des intérêts économiques, sociaux et moraux des producteurs agricoles et forestiers de l’Abitibi-Témiscamingue, sans distinction de race, de nationalité, de sexe, de langue et de croyance.

 

https://www.abitibi-temiscamingue.upa.qc.ca/

– 30 –

Source : Anne-Marie Trépanier, responsable des communications et de la vie syndicale

Tél. : 819 762-0833, poste 312, atrepanier@upa.qc.ca