https://www.abitibi-temiscamingue.upa.qc.ca

Un bâtisseur du syndicalisme agricole du Québec et de la concertation régionale

Rouyn-Noranda, 30 mars 2016 – Rouyn-Noranda, le 30 mars 2016. – C’est dans le cadre d’un cocktail dînatoire que la Fédération de l’UPA d’Abitibi-Témiscamingue dévoilait sa reconnaissance envers M. Albert Allain. À cette occasion, il a été annoncé que les bureaux de l’UPA, situés au 970, avenue Larivière à Rouyn-Noranda, porteront dorénavant le nom « Immeuble Albert Allain ». Sur la plaque d’identification qui a été dévoilée, il est inscrit : « Immeuble Albert Allain/Président général de l’UCC – UPA/1969 à 1973/Fier bâtisseur de la concertation régionale ».
M. Allain, qui habite au Manitoba, n’a pu effectuer le voyage en région. Il était cependant présent par vidéo. Il a souhaité partager cet honneur avec les familles qui ont quitté le sud du Québec pour bâtir le Témiscamingue et l’Abitibi, et en disant « je suis très sensible à votre geste ».

M. Allain est né le 23 avril 1927 à la frontière de la Bretagne. Diplômé de l’école d’agriculture d’Angers en France, il s’engage dans la marine militaire à 18 ans où il fera divers pays. De retour en France, il fait l’expérience de fermes communautaires de groupe. Il arrive au Canada en 1950 et devient travailleur forestier au Manitoba avant de s’installer en Abitibi en 1954. Il défriche alors 400 acres et devient producteur de lait à Rochebaucourt. Il s’implique dans les activités de l’Union catholique des cultivateurs (UCC) et de la commission scolaire, et est président de la Fédération de l’UCC d’Amos de 1962 à 1967. Il devient également le premier président du Conseil économique régional du Nord-Ouest québécois (CERNOQ) de 1964 à 1966. En 1964, il devient membre du comité exécutif de l’UCC pour ensuite être nommé premier vice-président général de l’organisme de 1965 à 1969, et président général de 1969 à 1973. Il a aussi été vice-président de la Commission de protection du territoire agricole du Québec de 1978 à 1982. Père de sept enfants, malgré ses 89 ans, il exploite toujours une ferme bovine avec ses fils à Saint-Laurent, au Manitoba (75 bêtes, 1 200 acres).

En tant que premier président du CERNOQ, M. Allain fait partie des bâtisseurs de la concertation régionale. En effet, au début des années 1960, les gens de l’Abitibi-Témiscamingue souhaitaient pouvoir discuter des prises de décisions politiques, économiques et sociales qui les touchent. Chacun savait qu’il y avait des divergences de points de vue sur le territoire et trouvait nécessaire de se rencontrer pour discuter. C’est ainsi que le 15 novembre 1964 naît le Conseil économique régional du Nord-Ouest québécois (CERNOQ). Ce moment a établi les premiers jalons de la concertation régionale. M. Allain explique que ce fut alors la rencontre des gens du Témiscamingue avec ceux de l’Abitibi et il nous dit : « Cette journée, une région est née ».

Alors que M. Allain est président de l’UCC de 1969 à 1973, le syndicat perd son caractère confessionnel et devient l’Union des producteurs agricoles (UPA) en 1972. Mais il y a bien davantage que ce changement d’appellation, car depuis plusieurs décennies, l’Union est perçue comme la voix de tous les agriculteurs et agricultrices. Cette année-là, elle acquiert enfin la représentativité unique dans la profession avec l’adoption de la Loi sur les producteurs agricoles. La Loi définit le statut de producteur, reconnaît une seule association accréditée pour représenter les producteurs agricoles du Québec et lui confère, suivant le respect de certaines exigences, le droit de percevoir des cotisations et des contributions obligatoires. Un droit que l’UPA obtient de ses membres au lendemain d’un référendum largement favorable. Forte de son accréditation unique, l’UPA sera, par la suite, de tous les combats.

Selon Sylvain Vachon, président de la Fédération de l’UPA d’Abitibi-Témiscamingue : « Nous pouvons donc affirmer que M. Allain est également un bâtisseur du syndicalisme agricole québécois. Un syndicalisme efficace, unique au monde, qui a permis aux agriculteurs et agricultrices de se doter d’outils pour améliorer leurs conditions de vie. Un syndicalisme qui leur a aussi permis de participer à l’économie du Québec et des régions, ainsi que de fournir des aliments de qualité aux consommateurs d’ici et d’ailleurs. »

« D’autres bâtisseurs ont marqué l’histoire de l’UPA et de la région, mais le fait qu’il ait été président général de l’UCC-UPA à une époque charnière de l’organisation nous a amenés à vouloir conserver une mémoire collective de ce bâtisseur. C’est pourquoi nous avons nommé l’immeuble en son nom. », d’ajouter M. Vachon.

Martin Caron, deuxième vice-président de l’Union des producteurs agricoles, était présent pour cette occasion, de même que des producteurs et productrices agricoles, d’anciens présidents de la fédération régionale ainsi que des acteurs influents de la région.

Ce fut évidemment une belle occasion de bâtir des ponts et d’échanger de manière informelle sur les enjeux agricoles, mais aussi sur les enjeux de la ruralité et du développement régional.

Finalement, la Fédération de l’UPA d’Abitibi-Témiscamingue a profité de ce rassemblement pour lancer son site Internet, avec le visuel de « Pouvoir nourrir Pouvoir grandir ». Il est possible d’accéder au site à l’adresse suivante : www.abitibi-temiscamingue.upa.qc.ca

Les photos de l’événement et la vidéo de M. Albert Allain sont accessibles sur le site Internet
de la fédération régionale ou sur demande.

— 30 —

Source et information :
Mariève Migneault
Responsable des communications et de la vie syndicale
Fédération de l'UPA d'Abitibi-Témiscamingue
819 762-0833, poste 312