https://www.abitibi-temiscamingue.upa.qc.ca

Comme agriculteur, vous savez qu’il n’est pas rare d’investir beaucoup de temps et d’argent pour obtenir des récoltes abon­dantes et de ne pas avoir les résultats à la hauteur de nos espérances. Dans la majo­rité des cas, si les rendements ne sont pas au rendez-vous, ce n’est pas parce que notre travail n’a pas été réalisé cor­rectement. C’est plutôt l’effet de facteurs externes sur lesquels nous n’avons pas de contrôle comme la météo, les ravageurs, les maladies, etc. Nous obtenons des résultats variables au fil des ans, mais malgré les aléas des mauvaises années, on ne lâche pas! Chaque printemps, on ressème avec l’espoir de bons rendements.

Et bien pour une organisation syndicale, c’est la même chose. Les résultats sont variables d’une année à l’autre. À Lévis, le 25 août dernier, se tenait la journée de la ren­trée syndicale de l’UPA. Cette journée était l’occasion de faire le point sur les défis agroalimentaires de l’heure et d’aborder les priorités de l’automne. Des élus de partout au Québec étaient présents et nous avons passé en revue les princi­paux gains et réalisations de l’Union depuis le congrès général de décembre dernier.

Notre président général a fait état de divers gains obtenus dans la dernière année : de nouvelles mesures fiscales pour la foresterie privée, un appui à la mise en marché des bois­sons alcooliques, l’annonce du programme de drainage des terres, le programme AVANTAGES UPA, le renouvelle­ment de l’entente pour l’accès aux services vétérinaires, la mobili­sation dans le sirop d’érable, la mo­bilisation Forts et Unis pour la gestion de l’offre et d’autres.

Disons que ma réaction devant les gains de l’Union a été de me dire que ce n’était pas la meilleure année… Pour­tant, ce n’est pas que l’on n’a pas travaillé fort! L’année a été chargée en représentations auprès des députés et ministres, conférences de presse, mémoires déposés en commission, manifestations, argumentaires, entrevues médiatiques. L’organisation s’est mobilisée sans arrêt.

Les conditions des dernières années sont difficiles et je me permets d’en cibler quelques-unes. Je parlerai d’une année de sécheresse sur le plan du soutien de l’État qui n’a jamais été aussi faible au Québec, additionné du laxisme du gou­vernement fédéral dans le dossier du lait diafiltré et du con­trôle des frontières. Puis, de l’autre côté, on a fait face à un déluge d’attaques dont la principale est, selon moi, l’abolition de l’ASRA pour 40 % des assurés, en retirant le programme dans le maïs, le soya et les pommes de terre, suivi de coupures au pro­gramme de remboursement de taxes et de rapports bidons dont Pronovost (relève agricole), Gagné (sirop d’érable), un rapport sur l’accaparement des terres tota­lement décevant. Pour finir, une rafale de nouvelles réglementations a été ajoutée : pesticides, bien-être animal, captage des eaux et d’autres à venir.

Ici, je me permets de reprendre les paroles de notre prési­dent général, prononcées lors de cette journée de la ren­trée : Ensemble, on ne lâchera pas! Malgré les attaques répétées contre notre modèle agricole, malgré la récolte de résultats difficile, ensemble, on ne lâchera pas! En région, notre priorité sera encore la bonification de la sécu­rité du revenu pour toutes les fermes et les productions. Même si le contexte n’est pas favorable, nous serons encore plus solidaires et déterminés à obte­nir des gains pour nos membres!

Sylvain Vachon, président