https://www.abitibi-temiscamingue.upa.qc.ca

Cet été, l’Union des producteurs agricoles a lancé une nouvelle campagne de valorisation de la profession agricole sous le thème « On fait tous partie de la recette », qui rappelle l’importance de l’agriculture et des producteurs dans l’alimentation. « On fait tous partie de la recette » met à l’avant-scène la fierté des agricultrices et agriculteurs québécois de faire partie de la recette, celle qui fait saliver les gens autour d’un bon repas, qui favorise des économies régionales fortes et qui fait connaître notre savoir-faire partout sur la planète.

Pour moi, « On fait tous partie de la recette », ça veut d’abord dire que chaque agricultrice et chaque agriculteur sont importants, quelle que soit notre production ou la taille de notre entreprise, quelle que soit notre région. Par notre présence sur le territoire, par notre travail quotidien, par nos innovations, par notre productivité, par notre résilience face aux épreuves, par nos implications dans notre milieu, par notre solidarité, par notre expertise, par les liens que nous créons avec la population, par les efforts que nous déployons pour établir la relève, par le fait de nourrir le monde, chacun et chacune font une différence.Lorsque je constate les retombées de notre travail, je dis : « Soyons fiers de faire partie de la recette »!

Ensuite, l’Union des producteurs agricoles fait aussi partie de la recette. Il est essentiel de pouvoir compter sur une organisation forte, représentative et unie. De pouvoir compter sur une organisation qui possède la notoriété pour créer des alliances nécessaires à la défense de l’agriculture d’habitation axée sur l’humain. L’Union des producteurs agricoles partage et explique les enjeux du secteur agricole. Elle défend une multitude de dossiers. Par exemple, devant des constats préoccupants pour l’agriculture de l’Abitibi-Témiscamingue dans la dernière année, la région a axé ses priorités sur la sécurité du revenu. Nous, les élus de la Fédération, avons exprimé le besoin que des programmes complémentaires soient mis en place pour compenser les désavantages régionaux, comme notre position nordique, l’éloigne­ment des marchés et un potentiel de diversification des cultures plus limité. Notre stratégie a été celle de mobiliser la région derrière nos demandes. Une foule d’autres enjeux nous occupent, comme la fiscalité foncière agricole, l’accaparement des terres, le maintien intégral de la gestion de l’offre, l’aide à la relève agricole, l’aménagement du territoire, l’accès à de la main-d’œuvre, la formation, la valorisation de la profession et l’assurance récolte. Lorsque je vois le travail accompli par notre Union, je suis fier de faire partie de la recette!

Je crois également que la recette ne peut être complète sans un État qui reconnaît les retombées économiques et sociales de l’agriculture et qui met en place l’environnement d‘affaires favorable à son développement; un gouvernement qui offre des programmes de gestions des risques structurants tenant compte des réalités des régions, qui protège la gestion de l’offre, qui met en place une fiscalité foncière agricole équitable, qui met en place une réglementation environnementale réfléchie, qui protège le territoire agricole, qui limite l’accaparement des terres, qui offre des outils performants pour la relève agricole. Lorsque je réalise le constat de la dernière année, je dois conclure que nos gouvernements n’ont pas mis les ingrédients nécessaires!

Si je veux faire la recette d’une agriculture régionale forte, qui a la capacité de développer son plein potentiel, tous les ingrédients sont importants : les agriculteurs et agricultrices individuellement, les agriculteurs et agricultrices collectivement, dans une accréditation unique et un gouvernement qui reconnaît et appuie les agriculteurs et agricultrices. Avec ces ingrédients réunis, il est possible de répondre aux attentes des consommateurs, de nourrir le monde, de créer de la richesse et d’habiter le territoire.

La prochaine année sera encore une fois remplie de défis. Il faut garder le cap, être constants et cohérents. J’ai confiance que fort de notre solidarité et de notre concertation, le gouvernement n’aura d’autres choix que d’entendre raison. Ainsi, notre thème « On fait tous partie de la recette » prendra tout son sens!

Sylvain Vachon, président